Share

Burkina: nouvelle manifestation, dans le calme, avant un vote crucial

Ouagadougou (AFP) – Plusieurs milliers de Burkinabè ont manifesté dans le calme mercredi à Ouagadougou contre un projet de révision constitutionnelle permettant le maintien au pouvoir du président Blaise Compaoré, un texte très controversé qui doit être examiné jeudi par l’Assemblée.

 Dans les cortèges, les protestataires arborent des pancartes aux slogans sans équivoque. Crédits : AFP/ISSOUF SANOGO
Dans les cortèges, les protestataires arborent des pancartes aux slogans sans équivoque. Crédits : AFP/ISSOUF SANOGO

Les syndicats et la société civile, regroupés au sein de la Coalition nationale contre la vie chère, avaient appelé à une journée de « grève générale » mercredi. Les services publics et certaines grosses entreprises ont de fait ralenti leurs cadences, faute de personnel.

Mais mercredi marquait plutôt une sorte de retour à la vie de la capitale burkinabè, qui a vu ses banques, magasins et marchés rouvrir, et ses routes et trottoirs se garnir, certes moins que d’habitude mais bien plus que la veille, quand toutes les devantures étaient closes.

Mardi, des centaines de milliers de personnes – un million selon l’opposition – ont défilé à l’appel du camp anti-Compaoré contre

Dans les cortèges, les protestataires arborent des pancartes aux slogans sans équivoque. Crédits : AFP/ISSOUF SANOGO

ce que les opposants nomment un « coup d’Etat constitutionnel » du chef de l’Etat, au pouvoir depuis 1987.

La mobilisation, d’une ampleur rare en Afrique subsaharienne, s’est achevée par des incidents violents.

Heurts entre policiers et manifestants, le 28 octobre 2014 à Ouagadougou, au Burkina Faso afp.com - Issouf Sanogo
Heurts entre policiers et manifestants, le 28 octobre 2014 à Ouagadougou, au Burkina Faso afp.com – Issouf Sanogo

Plusieurs centaines de manifestants, munis de barres de fer et de pierres, se sont opposés durant plus de trois heures aux forces de l’ordre, avant que police et gendarmerie ne fassent évacuer les lieux. De premières échauffourées s’étaient déjà produites dans la nuit de lundi à mardi.

Les affrontements ont fait au total cinq blessés, selon Ablassé Ouédraogo, ancien ministre de Blaise Compaoré devenu opposant.

Un important cordon policier encadrait la marche organisée mercredi, qui s’est tenue entre 10H00 et 11H30 (heure locale et GMT).

Plusieurs milliers de protestataires, arborant des drapeaux rouges – la couleur des syndicats -, ont défilé aux cris de « Libérez Kosyam », le palais présidentiel, puis se sont séparés dans le calme.

Blaise Compaoré « ne partira que grâce à notre mobilisation, car il en est ainsi des dictateurs et des régimes dictatoriaux, qui ne cèdent jamais », a lancé Chrysogone Zougmoré, président du Mouvement burkinabè des droits de l’Homme et des peuples, au terme de la marche.

– « Marcher sur l’Assemblée » –

L’Assemblée nationale examinera jeudi un projet de loi gouvernemental visant à modifier la Loi fondamentale pour faire passer de deux à trois le nombre maximum de quinquennats présidentiels.

Ce changement permettrait à M. Compaoré, arrivé aux affaires par un putsch et qui devait achever l’an prochain son dernier mandat, après deux septennats (1992-2005) et deux quinquennats (2005-2015), de concourir à nouveau à la présidentielle.

Pour justifier une telle révision, ses partisans invoquent le respect de la loi et de la volonté du peuple.

Mais l’opposition craint que ce changement constitutionnel, qui ne devrait pas être rétroactif, conduise le chef de l’Etat, déjà élu quatre fois avec des scores soviétiques, à accomplir non pas un mais trois mandats supplémentaires, lui garantissant 15 années de plus au pouvoir.

Avec le ralliement samedi de la troisième force politique à l’Assemblée, la majorité pourrait disposer du nombre de députés nécessaire – trois quarts de l’hémicycle, soit 96 parlementaires sur 127 – pour entériner directement la loi, sans passer par un référendum comme annoncé initialement.

Une révision par voie parlementaire ferait de nombreux mécontents au sein de la jeunesse. Quelque 60% des 17 millions d’habitants ont moins de 25 ans et n’ont jamais connu d’autre dirigeant que M. Compaoré.

Des incidents sont redoutés pour jeudi: l’opposition a en effet appelé la population à « marcher sur le Parlement » pour empêcher le vote… tout en prônant la non-violence et le respect des lois.

« Le seul mot d’ordre qui vaille, c’est la démission du chef de l’Etat », a déclaré à l’AFP Emile Pargui Paré, candidat aux présidentielles de 2005 et 2010, et cadre d’un influent parti d’opposition.

« Une chose est sûre, nous marcherons sur l’Assemblée jeudi. Le 30 octobre, c’est le printemps noir au Burkina Faso, à l’image du printemps arabe », a-t-il lancé.

L’actualité burkinabè sera très suivie sur le continent africain, alors qu’au moins quatre chefs d’Etat, en froid avec leur Constitution, préparent ou envisagent des révisions similaires pour se maintenir au pouvoir, au Congo Brazzaville, au Burundi, en République démocratique du Congo et au Bénin.

© 2014 AFP

This best essay assistance involves three main changes in teaching and learning apes

1 Comment on this Post

Laisser un commentaire